Débat public sur Villages nature

Portrait de José Brito
ImprimerEnvoyer à un amiversion PDF

"Les enjeux centrés sur la cohérence économique et sociale sont d’envergure pour l’ensemble des acteurs impliqués dans le projet. Par ailleurs un projet de cluster dédié au tourisme et aux loisirs sera développé autour du Val d’Europe en association avec les collectivités locales. Un cluster tourisme est un pôle économique de concentration de compétences dont un des objectifs est d’irradier au plan local et régional. Il doit être générateur d’emplois et d’activités dérivées. Le calendrier d’étapes a d’ores et déjà été fixé pour que soient formalisées des propositions concrètes avant la fin de l’année." - le débat public n'est pas encore commencé que, déjà, le résultat est connu. Cette citation est extraite du site de la préfecture de région Île-de-France et date du 28 mai 2010. Il y aura donc à la fois Villages Nature et un cluster du tourisme, qu'on aille débattre ou pas pour savoir si le jeu en vaut la chandelle n'y changera rien. Autant rester chez soi, c'est autant de CO2 économisé. D'autant que pour s'informer, l'écran de l'ordinateur agit comme une lanterne magique.

Le débat avec les quelques habitants du secteur va avoir lieu (je dis "quelques" parce qu'on est un peu dans la même situation que les paysans éthiopiens face aux financiers investisseurs dans l'huile de palme qui réchètent leurs terres à l'État : les habitants de ce que ne sont que des villages pèsent pineutes face au capital d'une entreprise mondiale), donc le débat avec les quelques indigènes du territoire a été confié "au géant des loisirs lui-même", nous dit Le Parisien du 19 avril 2011. C'est sûr, on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, mais ne nous y trompons pas, cela se fera "sous le contrôle d'une commission de la CNDP". Moi aussi, je veux bien organiser des débats avec ceux qui ne sont pas d'accord avec moi et je veux bien qu'ensuite on vienne contrôler si j'ai bien fait comme il fallait.

Ceci dit, sur quoi porte le débat ? Le directeur général de Villages Nature y répond dans le même Parisien, qui est une mine d'informations et ne nous en voudra pas de lui faire de la publicité en le citant. "On pouvait craindre que ce débat freine le projet, mais cet effort de communication nous aidera à faire émerger les interrogations des habitants pour y répondre le mieux possible". En clair, circulez. On va nous écouter parce que le CNDP dit qu'il faut nous écouter, ensuite on nous répondra "le mieux possible" et à la fin "il y aura un contrôle social des citoyens et acteurs du débat, qui pourront s'assurer que les engagements pris sont bien mis en oeuvre". Ah, balèze le coup du "contrôle social des citoyens"., on ne nous l'avait pas encore fait C'est quoi les outils du "contrôle social des citoyens" ? Ainsi donc le débat est : doit-on faire Villages Nature ou bien doit-on faire Villages Nature ? Cochez le choix numéro un ou le choix numéro 2.

La Région a déjà donné son avis, un avis favorable. Le Conseil général aussi, un avis favorable. Villeneuve-le-Comte aussi, un avis favorable. Bailly-Romainvilliers aussi, un avis favorable.

En son temps, en créant un pôle tourisme Marne-Ourcq-Morins, la Région et le département misaient sur une autre forme de développement du tourisme, non pas l'industrialisation d'un tourisme de nature recréée artificiellement, mais en essaimant sur un territoire dont les richesses ne demandent qu'à être mises en valeur. ll s'agissait alors de s'adresser principalement à la clientèle francilienne elle-même, dans un territoire préservé dans le cadre d'un Parc naturel régional et accessible par les transports en commun... transports qui auraient été une vraie politique de développement durable sin on les mettait en place. Cette question de la mobilité en milieu rural et en zone peu dense reste d'ailleurs cruciale mais mal ou pas traitée alors que nous sommes riverains d'Advancity (j'ai plusieurs fois évoqué la piste Advancity, ici et ).

Que va devenir le pôle tourisme Marne-Ourcq-Morins ? Se justifie-t-il encore ? Ou bien servira-t-il de faire valoir pour montrer tout l'intérêt porté à ce territorie dont la richesse partagée par un tourisme de territoire sera captée par une machine à promotion ? Le pôle MOM pourtant pointait, dès 2006, les dangers guettant le territoire si cette politique de tourisme industriel l'emportait sur l'essaimage, dans une étude téléchargeable (lentement) sur le site du comité départemental du tourisme. J'avais déjà abordé ces questions dans ma lettre à Jean-Paul Huchon (restée sans réponse ni même accusé de réception) en mars 2010.

À lire aussi, parce qu'il est très intéressant notamment sur les supposées recette générées par le projet, ce Rapport de mission sur les perspectives de développement du secteur IV de Marne-la-Vallée et du projet Eurodisneyland (juillet 2008) et tant qu'on est dans la lecture, le livre blanc que Dammartin-sur-Tigeaux a la gentillesse de mettre en téléchargement sur son site.

Alors, au-delà de l'entreprise de promotion du projet, quel peut bien être le contenu du débat ? Faudrait y aller pour voir - direz-vous. C'est sûr. Mais au prix de l'essence...

Aucun vote pour l'instant.